• Monthly Archives: novembre 2013

Ainsi est-ce qu’Autolib ne met pas un numero de tel 01 ou 09 en bienfait ? Quoi interet ont-ils retenir quelque habileté par le 0800, qui ne coute pas cependant principalement précieux a icelui qui commerce depuis un mobile pourtant a Autolib qui doit rémunéré total exhortation recu?? Et maintennat ils refusent de évoquer le preneur sur son portableJe ne incarnes pas à elles interet – et ils ont dej un numero 01 verso à elles clients commerces – je rémunération directement pas…

Le « supplément Banlieue »

3h du matin, fille seule, place de la République en plein hiver un samedi soir.

Longue attente à la borne de taxis et peu de taxis.

Enfin, c'est mon tour. Je donne ma destination (banlieue sud, à moins de 10 minutes de la porte d'Orléans). “Ah, on est samedi Madame, pour aller là-bas ça sera 5€ de plus que le compteur parce que moi, je rentre à vide après..”

Moi qui croyait que les tarifs banlieue servaient justement à ça..

J'ai fini par céder, fatiguée et excéder, mais je regrette de ne pas avoir pris sa plaque..

Il était une fois… ou des fois.

Je prends le taxi très souvent, pour le travail, et personnellement, pour me rendre dans les aéroports ou pour des petits trajets dans Paris, mais ce que je peux vous dire : je n'ai JAMAIS eu une seule bonne expérience !
La fois ou j'ai hélé un taxi, j'étais en retard, je lui dit “bonjour, rue saint Denis s'il vous plait” et ou elle me réponds clope au bec, musique a fond et voiture crade “c'est ou ça?” Nous étions dans le 9ème… Elle à finalement daigner sortir des cartes (non pas un GPS) pour m'y emmener ! 
Un soir seule, je rentre tard d'une soirée, je commande un taxi, il arrive avec 19e au compteur… Je n'ai pas envie d'attendre, je monte, il n'a pas voulu me laisser descendre tant que je ne lui avait pas “donné mon numéro.” J'ai donné un faux numéro pour m'en sortir mais j'ai eu vraiment peur Portes lockées etc !
La fois ou nous parlions anglais (parce que j'étais avec un anglais), le taxi a pensé que nous ne connaissions pas Paris et a cru bon de nous faire prendre un chemin plus long. Je l'ai remis en place direct, en français. 
Sans parler des stations ou s'il n'y a pas 10 taxis aucun ne te prendra car tu paye en CB et que tu reste dans Paris alors que le minimum c'est 15e. C'est quoi cette histoire de minimum anyway ?
Enfin, le meilleur est dans même celui qui clope/mange/téléphone/ne prend pas la CB/ et a une voiture crade et ne va de toute façon “pas dans ta direction” !

La course qui compte double

Ce matin là, je dois prendre le train à Montparnasse tôt, très tôt, et je réserve donc la veille, un taxi qui doit passer me prendre vers 05h15.

Le voilà qui arrive, aux alentours du métro Crimée, le compteur déjà bien chargé de 13 euros. Arrivé à Montparnasse, le compteur affiche au final, 26 euros. Comme si, pour venir me chercher à Crimée, le taxi était venu de Montparnasse pour m'y ramener.

– Bonjour, ce serait pour aller à Château Rouge, s’il vous plaît. – Ah, Château Black 2 vous voulez…

- Bonjour, ce serait pour aller à Château Rouge, s'il vous plaît.

- Ah, Château Black 2 vous voulez dire ?

- Excusez-moi ?

- Oui, Château Black 1 c'est Château d'Eau, et Château Black 2 c'est Château Rouge ! C'est là où vous allez !

Un soir d’été parisien

Un soir d'avril, celui de mon anniversaire, je sors d'un bar vers 3h du matin avec des amis. Un vendredi soir à Paris, il n'y a bien évidemment pas de taxi ! Après 20 minutes de marche, nous montons à 4 dans un taxi hellé dans la rue. Je dépose mes amis à 300m de là et rentre chez moi. J'ai découvert qu'il était interdit d'ouvrir sa fenêtre sur les Champs-Elysées. Le chauffeur à voulu me jeter sur le trottoir à 3h30 seule à cause d'une fenêtre ouverte.  Voulant arriver chez moi au plus vite, je ferme la fenêtre, demande à m'arrêter à un distributeur où je retire 20 euros. Voyant le compteur tourner plus vite que prévu et n'ayant pas de banque près de chez moi, je demande au chauffeur de s'arrêter lorsque le compteur arrive au 20 euros (à 50m de chez moi donc parfait) ! Mes chaussures à la main et non aux pieds, je tends les 20 euros au chauffeur qui m'explique que je lui dois 4 euros de supplément pour les 300m parcourus à 4. Je lui explique que je n'ai que 20 euros et que étant de bonne foi, je lui avait dit de m'arrêter lorsque le compteur atteindrait cette somme. Le chauffeur mécontent m'empêche de sortir de sa voiture en essayant de m'arracher mes chaussures des mains; j'ouvre la porte, récupère mon sac et mes chaussures tant bien que mal et claque la porte. Le chauffeur sort de sa voiture, me suit dans la rue (j'habite sur les quais de Seine, peu rassurant en pleine nuit) et m'explique qu'il va appeler je ne sais pas trop qui. C'est alors que je me retourne et lui explique que c'est moi qui vais appeler la police s'il ne s'arrête pas immédiatement. Il retourne alors dans sa voiture et se gare en bas de chez moi. Je suppose que d'ennui il est vite reparti. J'étais bien rentré chez moi mais ce fut une des trop nombreuses histoires qui me sont arrivées dans un taxi parisien. Depuis ce jour, j'ai un abonnement LeCab où les chauffeurs ne vous agressent pas, savent conduire, et surtout où les courses prépayées règlent pas mal de problèmes. J'espère que ces nombreuses histoires et que les bienfaits de toutes ces sociétés privées ne feront jamais flancher le gouvernement !

Fontenay, Aulnay, c’est pareil !

Un soir en rentrant d'une soirée, on prend un taxi : “Fontenay-sous-Bois s'il vous plaît !” Il prend des chemins qu'on ne connaît pas, on lui demande “Mais vous passez par où, là, exactement ?” Ah, il ne peut pas nous répondre, il ne parle pas français - c'est pas grave, on fait confiance… Arrivés devant le panneau “Aulnay-sous-Bois”, il nous dépose ! “Ah bah non, FONTENAY-sous-Bois !” -Connais pas.

Bon, on va en appeler un autre…