• Tag Archives: couilles

« Hé mais vous êtes lesbiennes ? Ça vous dit que je vous lèche la chatte ? J’viens de lécher la chatte de ma copine là. Ça vous dit ? Ça vous dit que je vous lèche la chatte ? »

Nantes — Bouffay, et ce pendant 10 minutes.

« T’as une jolie bouche à pipe toi ! Et une jolie paire de nichons, je les lècherais bien ! Allez, à une prochaine fois dans mon lit, à poil avec ta chatte toute mouillée ! »

Lille — dans le métro, vers 14h. Devant une femme et son ami, qui rigolent de ce que me dit cet homme, qui s'était presque collé à moi.

« Hé sale pute ! Reviens ! On va te violer ! »

Nantes — D'Atlantis jusqu'à Commerce. Un soir, alors que je sortais du boulot, un homme m'a suivie dans le tram. Je n'ai pas voulu descendre à mon arrêt par peur (Il n'y avait personne). Pendant ce temps, il avait appelé un ami, et m'a poursuivie dehors en me criant ça. Je suis pourtant descendue en plein centre ville, dans la foule, et les gens m'ont regardée crier, pleurer et courir sans tenter d'arrêter ces 2 hommes.

« Plus tu te défends, plus ça m’excite. »

Savoie — dans la chambre de mon cousin. 14/08/2013. J'avais 13 ans, depuis, ma famille et ma vie sont brisées. À toi le ******* qui a violé, torturé et séquestré ta cousine de 5 ans de moins que toi.

« De toute façon, toutes les femmes sont des salopes. Vous faites vos bourgeoises, mais vous aimez qu’on vous traîte comme des putes, hein ? Ça vous plaît pas vrai ? »

Aix-en-Provence — Allées Provençales. En nous suivant avec insistance après que mon amie et moi ayons ignoré ses avances.

« Eh toi ! Ouais toi là ! Eh pétasse ! Tu vois la bosse dans mon froc ? J’vais te la faire sucer jusqu’à ce que tu gerbes. Je vais te baiser la gorge, salope ! »

Boulogne sur Mer — en face de l'église de la place Dalton, le tout en m'attrapant par mon collier. Un coup de genou dans la bosse en question a permit ma fuite. 

« Papillon, papillon, papillon… vas-y salope réponds ! Salope ! T’aimes ça qu’on t’appelle salope ! (Il m’attrape par l’épaule) Reste ici salope ! »

Metz — rue du Palais, en marchant vers le centre ville après les cours. Les terrasses étaient bondées, tout le monde a regardé, ri et même filmé, mais personne n'a bougé.